La compagnie

Née à Paris en 1990, la compagnie Pièces Montées a grandi sur les routes du monde (France, Luxembourg, Sénégal, Etats-Unis…) avant de s’ancrer en 2009, sur la demande de la Ville de Paris, dans un quartier dit « prioritaire » de Paris 20e. Depuis cette base, la compagnie continue de produire des spectacles qui sont diffusés sur le territoire national et à l’étranger. Elle y développe aussi des projets in situ de création partagée (audiovisuelle, théâtrale, musicale, graphique) avec les habitant.e.s, les encourageant à développer leurs expressions propres, souvent par le biais d’ateliers d’écriture, mais aussi via le théâtre, le chant, la photo, la vidéo,les arts plastiques,la danse.

JETER L’ANCRE, SORTIR L’ENCRE, FAIRE NAÎTRE LES PAROLES D’AUJOURD’HUI

Nos maître-mots : fouiller, interroger, déranger, découvrir, inventer. Monter des spectacles de toutes pièces ou, comme disait Antoine Vitez, «faire théâtre de tout». Laboratoire d’expérimentation dès ses premiers jours, la compagnie est devenue, au fil du temps, une rampe de lancement pour les écritures émergentes et les dramaturgies plurielles.  La compagnie fait honneur en priorité au théâtre contemporain en travaillant avec des auteurs et des autrices vivant.e.s, mais crée aussi aussi des formes hybrides et inattendues à partir de textes romanesques, poétiques, de témoignages et de contes.

RENOUVELER LA RENCONTRE AVEC LE PUBLIC, AVEC L’AUTRE ET L’AILLEURS.

Nous présentons nos spectacles et performances tantôt dans des lieux consacrés : théâtres, cabarets, bibliothèques; tantôt hors les murs : bars, lofts, escaliers, cours, rue.

Nous associons cette démarche de création contemporaine à une pratique artistique participative avec des personnes de tous âges, dont la rencontre nourrit et infléchit nos créations. En plein accord avec la nouvelle définition des droits culturels énoncée par la loi NOTRe[1], nous portons depuis toujours une attention particulière à l’inclusion des « sans voix » et des personnes qui ne prennent pas spontanément le chemin des salles de spectacle.

CRÉATION DES FEMMES

Depuis 2005, Pièces Montées s’attache également à promouvoir la création scénique et les écritures des femmes, en réponse à la disparité qui affecte leurs projets, écritures et rôles dans le spectacle vivant en France[2]. Après avoir fondé le collectif Femmes de Plume et en avoir coordonné les travaux de 2005 à 2008, avec le soutien du Ministère de la Culture et du Fonds Social Européen, la compagnie inclut désormais la mise en lumière des écritures contemporaines des femmes dans tous ses projets.

Quelques repères choisis dans l’historique  (Télécharger l’historique complet de la Cie (pdf):

  • 1990 1ère production théâtrale : MOTCHIA (pouvoirs), création collective d’après trois contes russes, m.e.s. Madeleine Jimena, Th. des Cinquante, Paris
  • 1991 1ère mise en scène de Clotilde Moynot : EN MARCHE, Centenaire Rimbaud, Grande Halle de la Villette
  • 1994 1ère tournée internationale (France & Etats-Unis) : ETOILES TOMBANTES (SEVEN STRANGLED GIRLS) d’après les poèmes de Michael C. Ford
  • 19992002 Création et tournées de LES GUERRIERS de Michel Garneau, Théâtre des Deux Rives à Rouen, Echangeur de Bagnolet + tournées CCAS
  • 2000 1ère création à l’étranger : LES PASSAGERS, de Jean Portante et Amadou Lamine Sall, coproduction Théâtre d’Esch-sur-Alzette (Luxembourg) et Festival International de Poésie de Dakar (Sénégal)
  • 2004 Résidence de création et action culturelle au Service Municipal de la Jeunesse de PANTIN (93) : DE L’AFRIQUE A LA FRANCE, C’EST UN REVE MON COUSIN
  • 2006 Résidence des FEMMES DE PLUME au Théâtre de l’Epée de Bois
  • 2008 Résidence des FEMMES DE PLUME au Grand-Duché du Luxembourg
  • 2009 Installation de la compagnie dans le quartier « prioritaire » Python-Duvernois (Paris 20e)
  • 2010 MON VOISIN MON ETRANGER, création théâtrale partagée au WIP VILLETTE avec le soutien d’ARCADI
  • 2012-2017 CABARETS DES TRIANGLES EXQUIS à la MPAA Saint Blaise
  • 2012-2013 CHEZ MOI LA-BAS, œuvre collective pour l’espace public, dans les cours d’immeuble d’habitat social de Paris 20e
  • 2013 LES TRUBLIONS de Marion Aubert dans les jardins du Château de Lunéville
  • 2015 MI-DIT À MA FENÊTRE création théâtrale et filmique partagée pour l’espace public, dans les cours d’immeuble d’habitat social de Paris 20, de Bagnolet et de Bondy avec le soutien de la DRAC IDF et ARCADI Passeurs d’Images
  • 2016 REGARDE LES LUMIERES MON AMOUR d’Annie Ernaux – théâtre et jeux d’ombres, co-production Théâtre 95 et CCAS EDF-GDF, avec le soutien de l’ADAMI et de la Maison des Métallos.
  • 2017 PLACE DES ARTS, série théâtrale multidisciplinaire (peinture en direct, jeu, vidéo, son) commanditée par le Théâtre 95 de Cergy-Pontoise à partir de collectes de parole sur le territoire.
  • 2016, 2017, 2018 FEMMES ORDINAIRES EXTRAORDINAIRES, créations théâtrales et chorégraphiques pour l’espace public + coordination d’un festival associant 18 associations locales pour célébrer l’héritage culturel des femmes à l’occasion des Journées du Matrimoine.

[1] https://droitsculturels.org/blog/2015/03/02/les-droits-culturels-dans-la-loi-notre-2/

[2] http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Egalite-et-diversite/Documentation/Observatoire-de-l-egalite-femmes-hommes